Vous êtes ici : Accueil > Agroenvironnement > Biodiversité > Biodiversité utile > Prairies naturelles

Prairies naturelles

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Il s'agit de prairies présentant un cortège floristique diversifié et spontané, n'ayant été ni retournées, ni resemées.Même si on les qualifie de naturelles, c'est le travail de l'homme qui maintient ces prairies en l'état, grâce à la fauche ou au pâturage. Faute d'entretien, ces agrosystèmes s'enfrichent et évoluent vers un stade forestier.

Leur intérêt intérêt agronomique

- Les prairies sont des surfaces valorisées par l'élevage : stock fourrager, pâturage.

- A l'échelle du territoire, l'enherbement permanent diminue le ruissellement, favorise l'infiltration et joue donc un rôle important dans la protection des sols (lutte contre l'érosion sur les versants de coteaux) et la qualité de l'eau (à proximité des cours d'eau notamment).

Leur intérêt biologique

- Au-delà de leur richesse botanique, parfois remarquable, les prairies naturelles sont très attractives pour la faune.

- Les modes d'exploitation (fauche, pâturage) sont favorables à différents insectes :

  • Aux orthoptères, aux insectes pollinisateurs (prairies fauchées notamment).
  • Aux insectes coprophages attirés par les déjections (pâturages)

• Les prairies constituent donc des zones de ressources alimentaires très importantes pour l'avifaune, les mammifères (faune cynégétique, rongeurs...).

Pour aller plus loin

De nombreux facteurs influencent la structure et la composition des prairies :

Les conditions morpho-pédologiques :

• La richesse du sol et sa structure, le pH, les conditions d'humidité et l'exposition conditionnent la présence de communautés végétales différenciées - prairies oligotrophes (maigres) sur sol pauvre et drainant, prairies mésophiles en condition moyenne.

• Tous ces types sont imbriqués à l'échelle locale (haut de versant bien exposé,combe) et au niveau de l'unité paysagère (coteaux calcaires, terrasses alluviales ...).

Les modalités de gestion

Les pratiques de fauche, de pâturage et l'apport d'intrants influencent fortement le cortège de plantes présentes dans la prairie :

• La fauche va sélectionner des espèces de grandes tailles (grandes graminées,ombellifères, centaurées, scabieuses,...) et permettra la présence d'un couvert" haut " au printemps.

• Le pâturage et le piétinement favoriseront les plantes à rosettes et certaines légumineuses.

• La fertilisation (azotée notamment) sélectionne les espèces précoces et à croissance rapide sur le plan fourrager (ray-grass, pâturin, fétuque). Un faible niveau d'intrants est garant d'une certaine diversité floristique.

__________________________________________________________________________________

FORMATIONS

Mieux gérer ses prairies permanentes grâce aux plantes bio-indicatrices

Cliquez ici pour accéder aux formations

Dernières actualités

lundi 19 octobre 2020

Dans le cadre de la gestion de crise sanitaire Covid19, le Conseil Régional a...

vendredi 16 octobre 2020

La campagne 2020 touchant à sa fin avec les dernières récoltes, c'est le moment...

Vos conseillers

Vous souhaitez un conseil personnalisé, une info ?

VIDEOS

Re-semis de semences de prairies naturelles

Vidéo 2017 (ancien site CA)