Vous êtes ici : Accueil > Productions & Techniques > Bâtiments et gestion des effluents > Gestion des effluents d'élevage

Gestion des effluents d'élevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les réglementations environnementales (loi sur l’eau, directive nitrates…) concernant les effluents d'élevage s'imposent à tous les élevages avec des exigences différentes selon le fonctionnement, le type et la taille de l'élevage.

Aujourd'hui, le respect de ces réglementations conditionne l'accès aux aides notamment celles du PCAE (Plan de Compétitivité et d'Adaptation des Exploitations agricoles).

Mes bâtiments sont-ils aux normes? Que dois-je faire pour respecter ces réglementations? Comment réussir mon projet de gestion des effluents? Quelles sont les solutions et que choisir ?

Rappel de la réglementation

En fonction du nombre maximum d’animaux présents simultanément sur votre exploitation, votre élevage relève de l’un des régimes suivants (Cf. tableau ci-dessous):

 

 

Ces réglementations reposent sur les mêmes grands principes:

  • les effluents d'élevage ne doivent pas être directement rejetés vers le milieu ou mélangés au réseau pluvial, ils doivent être épandus, stockés ou traités.
  • des distances minimales sont à respecter pour l'implantation des ouvrages de stockage ou de traitement et pour l'épandage des effluents. Un plan d’épandage peut être nécessaire.
  • Il faut avoir des capacités de stockage minimales réglementaires correspondant à 45 jours pour le RSD et à 4 mois pour les ICPE.
  • En zone vulnérable aux nitrates il faut détenir des capacités forfaitaires ou agronomiques

Les différents effluents qui peuvent être produits par l'élevage

Les déjections produites dans le logement des animaux, les lisiers et fumiers, varient d'un bâtiment à l'autre. Les facteurs ayant une incidence sur le type et la quantité des déjections sont :

  • le mode de logement (aménagement du bâtiment, niveaux au sol...),
  • le type d’animaux, temps de présence et effectifs,
  • la ration alimentaire (+ ou – humide),
  • le niveau de paillage (quantité et fréquence),
  • le mode de raclage et fréquence.
     

En plus des quantités, estimer le type des fumiers et des lisiers produits est essentiel pour définir les modes de transfert, les ouvrages de stockage et le matériel d'épandage adapté. Certains produits peuvent s'avérer difficiles à gérer à cause de leur consistance intermédiaire entre le solide et le liquide.

En dehors du logement l’activité de l’élevage peut générer d’autres effluents :

  • les effluents dits "peu chargés" (faible teneur en azote <0,5kgN/m3):
    • Eaux blanches : eaux de lavage des machines de traite et tank
    • Eaux vertes : eaux de lavage des quais et de l’aire d’attente couverte
    • Eaux brunes : eaux de pluies mélangées aux effluents des aires d'exercice extérieures bétonnées
    • Lixiviats et jus de fumière: pluie sur la fumière non couverte et purins
  • les jus de silos,
  • la récupération des jus doit obligatoirement être prévue lorsque le produit ensilé a un pourcentage de matière sèche inférieur à 27 % (possibilité d'installer un déversoir d'orage)
  • les effluents d’ateliers de transformation (fromageries, abattoirs…)
  • eaux blanches : lavage matériel + locaux
  • lactosérum : sous-produit issu de la transformation du lait
  • les graisses et eaux usées d'abattages

Les solutions techniques : stockage, traitement ou les deux ?

Avant de choisir une solution, il faut s’interroger sur le choix entre le fumier et le lisier, sur les économies d'eaux de lavage à réaliser, sur la capacité financière d'investissement, sur le temps disponible pour intervenir sur le système de traitement des effluents et sur les besoins en stockage qui en découlent. Les réponses peuvent être en partie dictées par les besoins des cultures présentes sur l'exploitation. Plusieurs possibilités existent et d’un élevage à l’autre la solution technico-économique retenue pour la gestion des effluents ne sera pas identique.

  • Le stockage

Le stockage des effluents doit être réalisé dans des ouvrages étanches. Vous pouvez créer plusieurs ouvrages sur l'exploitation en fonction du type d'effluents à stocker pour des raisons pratiques.

Après avoir déterminé le(s) type(s) d'effluent(s) à stocker, plusieurs solutions peuvent être proposées : égouttage, séparateur de phase, fumière couverte ou non, fosse enterrée ou aérienne, béton ou géomembrane, citerne souple... Il faut vérifier la faisabilité du projet (implantation, distance réglementaire, coûts de l'installation et de la maintenance...), les conséquences sur l'organisation du travail (gains/pertes, circuits, temps de stockage) et réfléchir aux futures évolutions des bâtiments et du cheptel (par exemple pour une fosse, ce sont les premiers m3 qui coûtent cher, alors dans certains cas il vaut mieux une grande fosse que d'avoir à réaliser une seconde fosse quelques années plus tard).

La capacité totale de stockage de tous les effluents doit respecter les délais de stockage minimum imposé à l'élevage (45j pour le RSD ou 4 mois pour les ICPE). Dans certaines exploitations pour des raisons agronomiques (assolement, périodes d'épandages, sols...) les besoins en volume de stockage peuvent être supérieurs à la capacité réglementaire.

Le stockage au champ du fumier est autorisé sous certaines conditions : seuls les fumiers très compacts de litière accumulée (ne produisant pas d'écoulements) issus d'un stockage de deux mois dans le bâtiment ou dans une fumière couverte peuvent être stockés directement au champ. Ils doivent être stockés à distances réglementaires (des tiers, des cours d'eau, des routes...), en tas sur une parcelle concernée par l'épandage (inscrite au plan d'épandage de l'exploitation), pendant maximum 10 mois et avec un retour sur le même emplacement qui ne peut intervenir avant un délai de trois ans.

  • Le traitement des effluents d'élevage

Lorsque sur l'exploitation il n'y a pas d'autre liquide que des effluents dits « peu chargés » qui représentent des volumes souvent importants, ou que le coût du stockage/épandage devient trop élevé, la filière de traitement des effluents apparaît comme une alternative intéressante.

Basés sur des principes chimiques et biologiques, ces procédés ont déjà été exploités dans d'autres domaines tels que les stations d'épuration. Les filières de traitement des effluents d'élevage peuvent être une solution technique et économique mais elles demandent surveillance, entretien et interventions régulières. Chaque procédé présente des avantages, inconvénients, obligations et contraintes qui méritent d'être étudié au cas par cas sur les exploitations.

Projet bâtiment et subventions PCAE

Lors d’un projet bâtiment, il faut impérativement intégrer la problématique gestion des effluents dans la réflexion globale du projet. En effet, il faut anticiper le circuit de tous les effluents d'élevage (réseaux, pentes, contraintes, implantation des ouvrages, choix du système...) et dimensionner pour chaque bâtiment la filière retenue. Il est toujours plus facile et souvent plus économique aussi de prévoir des solutions de gestion des effluents dès la conception du bâtiment plutôt qu'à posteriori.

De plus, il sera demandé de préciser le moyen que vous allez mettre en place pour la gestion des effluents d'élevage lors de votre demande de permis de construire, du dépôt de régularisation aux ICPE en Préfecture et même pour le montage du dossier de demande de subventions PCAE.

En effet le respect de la réglementation en matière de gestion des effluents en fin de projet est une condition indispensable à l'accessibilité aux aides.

La Chambre d'agriculture accompagne les éleveurs en les informant techniquement et réglementairement, en réalisant des diagnostics d'exploitation vis à vis de la gestion des effluents, en proposant une aide à la décision du système à mettre en place et en réalisant des études de dimensionnement des ouvrages pour la mise en conformité de bâtiments existants ou dans le cadre d'un projet bâtiment.

Retrouvez les infos sur les aides bâtiments

 

Prestations et accompagnement de la Chambre d'agriculture

La Chambre d'agriculture fait votre étude Dexel ( vérification ou  mise aux normes des ouvrages de stockage ou traitement des effluents d'élevage)

 

 

 

Vos conseillers

L'équipe du service bâtiment est à votre écoute

Jean-Pierre DELMAS

Conseiller Bâtiments d'élevage

Tél : 05 63 48 83 83

Luc GARRIGUES

Conseiller Bâtiments d'élevage

Tél : 05 63 48 83 83

Julien NEDELLEC

Conseiller Bâtiments d'élevage et Energie

Tél : 05 63 48 83 83