Vous êtes ici : Accueil > Territoires > Développement territorial > Montagne > Améliorez vos résultats économiques et techniques

Améliorez vos résultats économiques et techniques

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Participez aux groupes de formation « Coûts de production »

Chaque année, sur le secteur de la Montagne, des éleveurs de bovins lait, ovins lait et bovins viande se réunissent au sein des groupes de formation " Coûts de production ". Lors de ces rencontres, ils comparent, discutent, prennent du recul sur les résultats technico-économiques de leurs ateliers et identifient des pistes d'amélioration. Coûts de revient, rémunération, marges, mais aussi astuces techniques sont abordées dans une ambiance conviviale et sans jugement.

Plus de 40 éleveurs répartis par production, participent à ces groupes sur la Montagne tarnaise. Si vous souhaitez y participer, vous êtes bienvenu(e) !

Ovins lait

Bovins viande

Bovins lait

2017

Visites d'exploitations performantes sur la conduite et l'élevage des agnelles de renouvellement avec C. Galibert (Contrôleur laitier). Intervention et échanges sur les bonnes pratiques pour limiter la mortalité des agneaux avec O. Patout, vétérinaire à l'AVEM.

Intervention de C. Mage sur la gestion du parasitisme et visite d'une exploitation en vente directe avec délégation de la partie élevage à un salarié

Initiation à la méthode "Signes de vaches" avec T. Hetreau du Centre d'Elevage de Poisy et visite d'une exploitation avec un robot de traite

2016

Visites d'exploitations atypiques (les Rougiers, Aveyron) sur le thème du temps de travail.

Intervention autour du thème de la reproduction avec PE Radigue (5mVet) et de JC Labarthe (CA du Lot)

Visite d'une exploitation performante qui mise sur le pâturage dans l'Aveyron et intervention de D Raboisson (ENVT) sur la maîtrise des frais vétérinaires

2015

A la découverte des élevages d'ovins lait du Pays Basque

Fabrication d'aliment à la ferme et rappel sur les fondamentaux : eau, sel, fibres avec F Mazars (CA Aveyron)

Visite de deux organisations collectives atypiques dans les Hautes Pyrénées

Témoignages

Un jeune éleveur de bovins viande qui a intégré le groupe en 2016 témoigne :

" L''intérêt de participer à ce groupe est de pouvoir situer les marges de manoeuvres possibles sur les différents postes de production afin de progresser sur son atelier en termes de charges et d'efficacité. Pour ma part, j'ai choisi de participer à la formation pour évoluer plus vite en bénéficiant des expériences, bonnes ou mauvaises, d'autres exploitations. Seul on avance beaucoup moins vite. Ces jounées apportent en plus quelques "astuces" entre éleveurs et de l'appui technique que seul je n'irai peut être pas chercher."

Son associé souligne l'ouverture sur l'extérieur qu'apporte les groupes :

"Au-delà du travail sur les chiffres, nous réalisons des visites, nous travaillons sur des points techniques. On voit d'autres points de vue, d'autres idées et surtout ça fait germer de nouvelles idées chez nous!"

LES CHARGES ALIMENTAIRES : UN LEVIER DE COMPETITIVITE EN OVINS LAIT

Treize éleveurs de la Montagne tarnaise participent actuellement à la formation « Maîtriser ses charges alimentaires pour réduire ses coûts en ovins lait » organisée par la Chambre d'Agriculture du Tarn. Cette formation a pour objectif de faire le lien entre résultats technico-économiques et conduite alimentaire.

Au cours des deux premières journées, les stagiaires ont échangé sur leurs charges alimentaires et comparé leurs stratégies alimentaires. Ainsi, pour la campagne 2017, les charges alimentaires du groupe représentent, en moyenne, 339 € / 1000 litres, soit 19 % du coût de production. Néanmoins, il existe une forte variabilité puisqu'il y a une différence de plus de 150 € / 1000 litres entre l'éleveur ayant le coût le plus faible et celui ayant le plus élevé. Ces charges comprennent l'alimentation achetée (concentrés, minéraux et fourrages), ainsi que les frais liés aux surfaces auto-consommées (engrais, amendements, semences, autres charges végétales).

 

Les facteurs pouvant expliquer cette variabilité : la conduite alimentaire du troupeau, le niveau de production, la période de traite ainsi que la conduite des surfaces sont fréquemment cités. Les éleveurs ont donc échangé sur l'intérêt de produire ou non leurs propres céréales. En conclusion, il est ressorti des ces échanges que lorsque les rendements en céréales obtenus sur l'exploitation sont faibles et que le pâturage est bien valorisé, la sole en céréales peut être réduite voire pour certains supprimée. Cette réduction devrait aussi permettre une réduction des charges de mécanisation qui constituent elles aussi une part importante du coût de production. Par contre, ce choix implique des achats de céréales et de paille qui peuvent être un frein lorsque les cours sont élevés.

Ces réflexions ont été complétées par l'intervention de Philippe Hassoun, chercheur à l'INRA de Montpellier qui a rappelé les besoins des brebis laitières et des agnelles de renouvellement, en fonction des différents stades de production. Cette intervention a aussi été l'occasion pour lui d'échanger avec les éleveurs sur le nouveau système de calcul des rations Systali. Ces journées de formation se clôtureront début 2019 par la visite du domaine expérimental ovin lait de La Fage en Aveyron.

La formation est financée par Vivéa. Article financé avec le soutien du Casdar et de l'Europe.

Résultats de la campagne 2016, secteur Montagne

Le calcul du coût de production est un indicateur pertinent pour piloter la conduite de son atelier car il prend en compte l'ensemble des charges engagées pour produire. Raisonner ses coûts, en particulier ceux liés à l'alimentation et à la mécanisation, demeure indispensable pour obtenir un résultat. Nous vous proposons une synthèse des résulats obtenus pour la campagne 2016.

 

Le coût de production moyen des ateliers ovins lait est de 1 753 € / 1 000 litres.Le produit total de l'atelier s'élève à 1 797 € / 1 000 litres et se compose à plus de 70 % du produit lait et du produit viande. Le produit total permet de couvrir le coût de production et d'obtenir une rémunération brute de 1,75 SMIC / UMO exploitant. Par rapport à 2015, la rémunération permise par UMO exploitant est en augmentation de 0,45 SMIC / UMO.

Pour les ateliers bovins viande, le coût de production s'élève à 503 € / 100 kg de viande vive. La mécanisation représente un poste lourd. Le produit total de l'atelier s'élève à
476 € / 100 kg de viande vive. Les aides représentent environ 40 % du produit total. Le produit total permet d'obtenir une rémunération brute de 1,28 SMIC / UMO exploitant. Par rapport à 2015, la rémunération permise par UMO exploitant est stable.

Le coût de production des ateliers bovins lait s'élève à 565 € / 1 000 litres. Le produit de l'atelier s'élève à 498 € / 1 000 litres. Le lait livré a été valorisé à 294 € / 1 000 litres en moyenne. La part des produits de l'atelier (lait et viande) reste prépondérante et représente environ 70 % du produit total.La rémunération brute permise pour les exploitants est de 0,82 SMIC / UMO exploitant. Cette rémunération est en augmentation par rapport à la campagne 2015 (+ 0,31 SMIC / UMO exploitant). Cette augmentation est permise par une rigoureuse maîtrise des charges alimentaires.

 

LES RESULTATS COMPLETS (PDF) : CLIQUEZ ICI

 

Dernières actualités

Aucune actualité disponible.

Vos conseillers

Vous souhaitez un conseil personnalisé, une info ?

Clothilde CONSTANS-DOUMENGE

Conseillère d'entreprise - Secteur Gaillacois

Tél : 06 69 53 46 49

VOTRE COMITE DE DEVELOPPEMENT

DOCUMENTS UTILES